Biographie Dominique et Compagnie | Nos créateurs
Auteurs Illustrateurs Nos créateurs s'animent ! Comment devenir auteur ou illustrateur chez nous


Emmanuelle Jasmin



Emmanuelle Jasmin est professeure en ergothérapie à l’École de réadaptation de l’Université de Sherbrooke. Auparavant, elle a œuvré comme ergothérapeute auprès des enfants dans divers milieux de pratique (centre hospitalier, clinique privée, pédiatrie sociale). En plus de sa formation en ergothérapie, elle détient un diplôme en art-thérapie, une maîtrise en science de la réadaptation et un doctorat en éducation. Son mémoire et sa thèse doctorale portaient respectivement sur le trouble du spectre autistique et le trouble de l’acquisition de la coordination (appelé aussi dyspraxie). Dans le cadre de son enseignement et de ses recherches, elle s’intéresse principalement aux services de réadaptation destinés aux enfants. Emmanuelle est aussi impliquée dans sa communauté, notamment dans la supervision de stages en ergothérapie à la maternelle et en pédiatrie sociale.


Révélations loufoques

Quel genre d’enfant étiez-vous à l'école ?
J’étais comme un Mini-Wheats. D’un côté, j’étais appliquée, tranquille et réservée. De l’autre, j’aimais m’amuser et rire avec mes amis. Il m’est même déjà arrivé de me faire sortir de la classe! J’avais aussi un côté logique et un côté artistique. D’une part, j’avais la bosse des maths. D’autre part, j’adorais les arts plastiques. En revanche, j’avais horreur des «oraux». Heureusement, j’ai appris à apprivoiser ma peur…

Racontez-nous une de vos plus grosses bêtises.
Quand j’étais adolescente, un soir, je suis sortie en cachette de la maison avec deux amies. Nous avions simulé notre présence dans ma chambre avec des toutous sous nos couvertures. Voyant que mon père nous poursuivait en voiture dans les rues du village, nous nous sommes cachées pour le déjouer. À notre retour à la maison, il nous a bien grondées!

Quel est votre meilleur souvenir de lecture
Je dirais que c’est quand j’ai lu mon premier roman substantiel, Le chant du coq de la série Les filles de Caleb, et que j’en discutais avec ma gardienne Olivette. Je pense aussi à ces moments où je peux lire toute la journée, complètement absorbée par l’histoire ou les propos de l’auteur.

Quels sont les personnages de fiction que vous préférez ?
J’ai un attachement particulier pour Le Petit Prince, puisqu’il nous révèle l’absurdité du monde des adultes. En effet, ils se prennent souvent bien trop au sérieux! J’aime particulièrement la rencontre du petit prince avec le renard, qui nous rappelle l’importance de prendre soin de nos relations.

Quelles sont vos sources d'inspiration ?
Les enfants en général m’inspirent. Je trouve que, comme Le Petit Prince, ils nous ramènent à l’essentiel dans la vie. J’admire particulièrement les enfants en difficulté qui surmontent des défis au quotidien. À mes yeux, ce sont de véritables héros!

Quand et pourquoi avez-vous décidé de vous consacrer à la littérature jeunesse ?
La littérature jeunesse n’est pas ma principale occupation. En fait, je n’ai écrit qu’un seul livre. C’est en travaillant comme ergothérapeute que j’ai eu envie d’écrire une histoire. J’ai voulu sensibiliser les autres à la différence de certains enfants. En même temps, je souhaitais faire connaître un peu ma profession, qui demeure méconnue…

Révélez-nous un détail intéressant qu'aucun journaliste ne connaît !
Je porte des verres de contact pour corriger ma myopie. Sans eux (mes yeux!), je ne vois presque rien et je deviens dysfonctionnelle.

Que souhaitez-vous dire à vos lecteurs ?
La lecture d’histoires serait une bonne façon de développer son empathie, c’est-à-dire sa capacité à comprendre les autres. J’espère que vous contaminerez d’autres personnes au plaisir de lire!

Quand, où et comment travaillez-vous?
Quand j’ai une idée qui m’inspire, si je peux, je l’écris. Ensuite, je peux travailler le texte plusieurs heures, plusieurs fois, et ce, sur plusieurs années. Ouf! Je peux aussi demander l’avis d’un ami. Et là, je peux avoir à retravailler le texte encore et encore. Ouf! Ouf! Heureusement, j’ai du plaisir à écrire.

Une petite question hors sujet pour terminer : quel est votre plat préféré ?
La moussaka végétarienne. C’est une bonne façon d’apprécier les aubergines. Surtout, c’est un plat délicieux qui se partage très bien!


Bibliographie

Livres publiés chez Dominique et Compagnie

 
J’APPRENDS LA VIE
    Collection Une histoire sur...
        Les maladresses d'Agnès
 


Retour haut de page