Biographie Dominique et Compagnie | Nos créateurs
Auteurs Illustrateurs Nos créateurs s'animent ! Comment devenir auteur ou illustrateur chez nous


Mélanie Perreault



La lecture et la passation du bonheur de lire sont au cœur des occupations de Mélanie Perreault depuis toujours. Elle a fait son secondaire dans une école où elle a adoré étudier la littérature, mais détesté porter la jupe à carreaux. En 2000, elle n’avait pas complété ses études universitaires en littérature que déjà elle décrochait son premier emploi dans le monde de l’édition. Mélanie est directrice littéraire pour les Éditions Pierre Tisseyre depuis 2004. Elle adore l’autonomie et la liberté que lui procure ce travail. Constamment à l’affût de l'ensemble de la production jeunesse du Québec et d’ailleurs, cette « livrovore » a un penchant marqué pour l’esthétisme des albums illustrés et leur puissance d’évocation inégalable. Ils sont pour elle, lorsque bien faits, sources infinies de créativité.

Mélanie écrit des albums pour enfants depuis plusieurs années. Elle aime la douce folie que sèment les jeunes autour d’eux. Ceux de son entourage l’inspirent résolument, à commencer par son filleul Léo et son beau-fils Lou. Mélanie a toujours trouvé terrifiantes les belles-mères de Cendrillon ou Blanche-Neige, et voilà qu’elle-même est devenue belle-maman ! Mais elle pense bien redorer ce rôle en faisant tout l’inverse des horribles belles-mères de ces contes.

Mélanie ne se passerait pas de ses trois chats, et quand elle n’écrit pas, elle lit vraiment trop souvent, elle fouine en librairie ou à la bibli, ou elle voyage au Québec et dans le monde avec son bel amoureux. Et où qu’elle aille, quoi qu’elle fasse, les livres la suivent.


Révélations loufoques

1- Quel genre d’enfant étiez-vous à l'école ?
J’étais la fatigante qui finissait toujours ses travaux avant tout le monde. Alors je placotais, je dessinais, je dérangeais. Personne n’était épargné. Je n’aimais pas avoir de bande attitrée. J’étais un peu l’amie de tout le monde : les pas trop fiables, les intellos, les sportifs, les tannants ou les rejets, filles ou garçons… tous avaient quelque chose à offrir, et je m’amusais bien avec chacun.

2- Racontez-nous une de vos plus grosses bêtises.
En voyage scolaire à New York, j’ai descendu à pied les 86 étages de l’Empire State Building. C’était formellement interdit. La descente était interminable, et la cage d’escalier, très petite (mon amie claustrophobe m’en a voulu longtemps d’avoir eu cette idée brillante). Tout cela pour éviter la longue file pour prendre l’ascenseur… Ne faites pas ça à la maison.

3- Quel est votre meilleur souvenir de lecture ?
J’en ai trop ! Les premiers livres que j’ai lus moi-même sont les bédés de Tintin, que j’ai dévorées en première année. Un monde merveilleux s’ouvrait à moi, celui de la Lecture avec un grand L, et je ne pouvais plus m’arrêter. Le premier roman qui m’a transportée au point que j’ai désobéi à mes parents pour lire la nuit est Sacrées sorcières, de Roald Dhal. J’ai des frissons rien qu’à penser à cette histoire !

4- Quels sont les personnages de fiction que vous préférez ?
Frisson l’écureuil me fait rire sans bon sens. Les monstres et personnages absurdes, un peu fous d’Elise Gravel, et les bêtes originales de Bellebrute aussi. Les personnages sublimes et gothiques des livres illustrés par Benjamin Lacombe me fascinent. J’adore les héros du quotidien, ces personnages audacieux plus grands que nature, même s’ils semblent ne rien avoir de si spécial au départ. C’est le cas des personnages de l’auteure jeunesse Marie Beauchamp. Il me plaît de penser que tout le monde peut être un héros, à sa façon (même toi, même moi !).

5- Quelles sont vos sources d'inspiration ?
Mon entourage : les folies de mon beau-fils Loucas et de mon filleul Léo que j’aime tant, mon amoureux doux, mes parents, mon frère, mes amis… Et toutes les beautés de la vie : les gens (vieux ou pas), les animaux (qui puent ou pas), la nature, les émotions, les œuvres d’art, les bons livres… Je suis quelqu’un d’assez sensible, alors les injustices, tout ce qui me touche, me pousse à écrire également.

6- Quand et pourquoi avez-vous décidé de vous consacrer à la littérature jeunesse ?
J’ai toujours écrit et lu beaucoup. À une certaine époque, j’ai hésité entre le dessin et les mots. Les mots l’ont emporté, mais mes crayons à colorier ne sont jamais bien loin. La littérature m’intéresse tout court, mais celle pour la jeunesse m’interpelle parce qu’elle rend tout possible. Quand on commence à lire jeune, on a ce qu’il faut pour atteindre nos rêves dans la vie. Et la littérature jeunesse permet d’aspirer à de si beaux rêves…

7- Révélez-nous un détail intéressant qu'aucun journaliste ne connaît !
Mon chez-moi est envahi d’une joyeuse bande de voyous velus. Mes trois matous, Crapule, Canaille et Caïd, me suivent partout dans la maison. De vrais chats de poche ! Il y en a toujours un qui veut se prélasser sur mes feuilles ou mon clavier quand je travaille. Ah oui ! il m’arrive aussi d’aller dans les toilettes des hommes quand la file est trop longue pour celles des femmes. Mais je pense que ce n’est pas tellement recommandé (est-ce même légal ? Serais-je une hors-la-loi des toilettes?).

8- Que souhaitez-vous dire à vos lecteurs ?
Que lire, ça rend heureux. Vraiment. Et partager nos lectures avec nos amis, c’est encore mieux !

9- Quand, où et comment travaillez-vous?
Dans mon salon ou mon bureau, un peu tout le temps, à des heures bizarroïdes, et même les week-ends. Souvent, les idées me chatouillent les pieds la nuit. Je dois me lever pour les écrire sur mon portable ou dans un de mes nombreux cahiers, sinon elles ne me laissent pas me rendormir. Elles sont tenaces ! J’ai toujours des tonnes d’histoires commencées. De temps à autre, j’en finis une, celle qui me fait le plus vibrer à ce moment. Je me demande si un jour je les aurai toutes complétées. Mais ça m’étonnerait. Il y en a toujours de nouvelles qui se pointent le bout du nez.

10- Une petite question hors sujet pour terminer : quel est votre plat préféré ?
Je ne suis pas difficile. Une queue de langouste grillée, savourée en bonne compagnie les pieds dans le sable d’une plage cubaine… ou bien un homard frais pêché et dégusté sur place, aux Îles-de-la-Madeleine.


Bibliographie

Livres publiés chez Dominique et Compagnie

 
ALBUMS ILLUSTRÉS
    Rosalie entre chien et chat
 


Retour haut de page