Biographie Dominique et Compagnie | Nos créateurs
Auteurs Illustrateurs Nos créateurs s'animent ! Comment devenir auteur ou illustrateur chez nous

Photo : Colleen Ayoup

Leanne Franson



Leanne Franson dessine depuis qu’elle a 2 ou 3 ans. Pourtant, à 10 ans, elle n’est guère tentée par l’illustration. Elle se voit infirmière ou s’imagine travaillant pour le National Geographic. À 12 ans, elle décide avec sa meilleure amie qu’elle partira pour l’Europe après ses études collégiales, et elle le fera. À son retour, elle s’inscrit à l’Université Concordia en beaux-arts. Par la suite, elle étudie la lithographie et la céramique. L’illustration n’est toujours pas au programme ! Mais, au fond d’elle-même, elle pense toujours au plaisir qu’elle éprouvait, enfant, à découvrir des livres illustrés. Sa carrière ne commence pas de façon banale : elle partage son temps entre massages et dessins. Pour gagner sa vie, elle fait des massages. Quand elle a envie de dessiner, elle refuse des rendez-vous !

Aujourd’hui, Leanne Franson illustre des articles de magazines et des romans publiés aux États-Unis et au Canada. Elle crée aussi de drôles de petites bandes dessinées pour adultes. Cette artiste savoure les moments magiques de l’illustration : recevoir un texte, découvrir de nouveaux personnages et comprendre leurs émotions. Un café au lait dans une main et un crayon dans l’autre, elle prend possession du manuscrit. Le plaisir continue quand elle fait ses premiers croquis et que les personnages prennent vie. Ces petits bonheurs lui font oublier les contraintes du monde de l’édition, et elle arrive à donner sa vision du monde.

L’illustratrice aime dessiner des animaux et entrer dans la tête de ses personnages. Yvon Brochu lui a fait un beau « cadeau de Noël » en lui demandant de mettre en images Sauvez Henri !, un Roman rouge de Dominique et compagnie. Les héros de Leanne Franson sont réels : on découvre une petite fille qui rejette la différence, un garçon de 12 ans qui a l’intelligence d’un enfant de 5 ans et un chien à la recherche d’un nouveau maître. Leanne Franson dessine ce qu’elle ressent et ce que vivent ses personnages.


Révélations loufoques

Quel genre d’enfant étiez-vous à l’école ?
J'adorais l'école, j'aimais apprendre. J'aimais la lecture, les mathématiques, l'écriture, le dessin, les sciences. La seule chose que je détestais, c'était le sport. Je préférais les sports solitaires : le cyclisme, la natation, le canot, etc. Je n'avais pas d'aptitude pour les sports d'équipe et j'avais beaucoup de peine lorsque, à la formation des équipes, j'étais choisie la dernière. Mais ces mauvaises expériences m'ont bien aidée lorsque j'ai eu un texte pour enfants à illustrer, surtout lorsqu'il mettait en scène des jeunes qui se sentaient mis à l'écart à l'école. Je comprends bien les émotions qu'ils peuvent ressentir !Plus tard, vers 11 ans, j'avais tendance à toujours dessiner dans mes cahiers plutôt qu'à écouter mes professeurs… je m'ennuyais. Il m'arrivait même de dormir en classe ! J'avais de bonnes notes, par contre.

Racontez-nous une de vos plus grosses bêtises.
Je dois dire que j'étais une enfant peut-être un peu trop sage. Je détestais être punie. Il était donc rare que je fasse des bêtises. Mais à l'âge de six ans, j'ai pris des baies dans l'arbre d'une voisine pour me faire un gâteau d'anniversaire. Mes parents m'ont grondée et m'ont accompagnée chez la dame pour que je lui présente mes excuses. Cela m'a tellement impressionnée que j'évite, depuis ce jour, de faire du tort aux gens.

Quel est votre meilleur souvenir de lecture ?
Toute la collection des Chronicles of Narnia de C. S. Lewis que j'avais reçue à Noël pour mes 12 ans. J'ai passé toutes les vacances de Noël chez mes cousines le nez dans les livres, le cœur et la tête au pays de Narnia, avec des sorcières, des voyages magiques, des aventures fantastiques en voilier. Mon père me reprochait de ne pas être très sociable... mais c'est lui qui m'avait offert ce cadeau !

Quels sont les personnages de fiction que vous préférez ?
Lorsque j'étais petite, mes personnages préférés étaient les petits habitants secrets de notre maison... et aussi les personnages qui habitaient à l'ancienne : Laura Ingalls de la série La petite maison dans la prairie, ou encore Ben de Incident at Hawks' Hill, un petit garçon qui s'était perdu et qui vivait avec des autochtones et des Inuits du Grand Nord.En fait, je préférais des situations à des personnages... des livres où il y avait de la magie cachée dans le quotidien des héros, des jouets qui s'animaient quand les adultes étaient absents, des fourmis qui parlaient, des fées, des histoires qui me transportaient au sein de sociétés différentes : autochtone, africaine… En fait, tout ce qui touchait aux mondes cachés, à la magie, à la nature qu'on ne connaît guère.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?
La nature m'inspire énormément : les insectes, les animaux, les plantes. Aussi les émotions. Je suis inspirée lorsque je dois illustrer des histoires qui me font ressentir beaucoup d'émotions, qu'elles soient négatives ou positives. Puis je suis intéressée à faire découvrir aux gens la diversité du monde naturel, qui est beaucoup plus grande que ce que donnent à voir les simulations virtuelles les plus recherchées.

Quand et pourquoi avez-vous décidé de vous consacrer à la littérature jeunesse ?
En fait, ce n'était pas vraiment mon idée. J'avais 12 ans quand mes proches ont commencé à me dire que je devrais illustrer des livres pour enfants. Pendant un bon moment, j'ai décidé de laisser ça aux autres que je croyais plus talentueux. De mon côté, je travaillais l'argile, je faisais de la lithographie (de l'impression), de la peinture à grande échelle... même des murales pour le YMCA. Mais ce n'était pas très payant et, comme je voulais une famille, je recherchais un emploi plus stable qui, en même temps, me permettrait de travailler à la maison. Je suis donc revenue aux conseils donnés dans ma jeunesse, et voilà. C'est une réussite… même si je n'ai pas encore d'enfants !


Bibliographie

Livres publiés chez Dominique et Compagnie

 
ALBUMS ILLUSTRÉS
    Les pierres d'Emma
    Valentin, ni trop petit ni trop grand
 
COLLECTION ADO ET COMPAGNIE
    Jérôme et son fantôme n° 2 - Les têtes coupées
    Jérôme et son fantôme
 


Retour haut de page