Auteurs Illustrateurs Nos créateurs s'animent ! Comment devenir auteur ou illustrateur chez nous

Photo : Marie-Reine Mattera

Sylvie Louis

www.lejournaldalice.com


Biographie

Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres. Ceux que sa maman (Mamichou) et son papa (Papichine) lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué une véritable révélation. Sylvie s’est mise à dévorer des romans, le soir dans son lit, le matin tôt avant de partir à l’école et aussi les fins de semaine. Bref, une vraie DINGUE de lecture!

En 1ère primaire, il y a eu une autre découverte de taille : L’ÉCRITURE! Une passion qui ne s’est jamais démentie par la suite, elle non plus. Sylvie a commencé à écrire son premier roman quand elle avait sept ans, sur un joli cahier acheté avec son argent de poche. (La jeune auteure s’est arrêtée au bout de trois pages, après le passage du pique-nique dans la forêt… mais bon, c’était un premier essai!)

Sylvie a fait ses études universitaires en Journalisme et communication. Durant 22 ans, elle a collaboré comme journaliste à divers magazines et journaux. Elle a notamment rédigé près de 400 articles et chroniques pour le magazine Enfants Québec. Pendant ce temps, elle a aussi écrit:

Des livres pour les parents de bébés prématurés (voir www.prematurite.com)

Un album illustré pour l’enfant prématuré qui a grandi ainsi que pour les frères et sœurs du bébé prématuré : Le premier hiver de Max, une histoire sur la prématurité, éditions Enfants Québec, 2008

Un album illustré pour les enfants qui ont des allergies alimentaires : Pas de noix pour Sara, une histoire sur les allergies alimentaires, éditions Enfants Québec, 2009

Et puis, il y a LE JOURNAL D’ALICE. Cette autre passion qui a débuté il y a plusieurs années. Quand Sylvie Louis avait des idées (c’est-à-dire presque tout le temps, ça crépite dans son cerveau…), le soir tard ou la nuit, elle se relevait. Elle cherchait ses lunettes à tâtons dans le noir et descendait dans le bureau. Elle rallumait l’ordinateur et se mettait à écrire… C’est ainsi qu’Alice et son petit monde ont pris vie, pour le plus grand bonheur de ses filles. Et l’aventure est loin d’être finie! L’auteure travaille maintenant à temps plein à sa série Le journal d’Alice.


Révélations loufoques

Quel genre d’enfant étiez-vous à l'école ?
Une fillette joyeuse, sociable, bavarde et distraite. J’adorais les dictées et les rédactions, ainsi que toutes les leçons qui stimulaient mon imagination (leçons sur les animaux, les pays, et au secondaire, histoire, géographie, biologie et le français, encore et toujours). Mais j’aimais aussi beaucoup la récréation, jouer à la marelle, à l’élastique et papoter avec mes copines.

Racontez-nous une de vos plus grosses bêtises.
Je n’en ai vraiment pas fait beaucoup. Mais ma mère raconte que quand j’avais deux ans et demi, je me suis plantée devant elle et je lui ai déclaré : «Maman, tu es une sorcière!» Et devant son air ahuri puis un peu sévère (elle avait dû se forcer pour ne pas éclater de rire), j’ai ajouté : «Mais une petite sorcière chérie». En m’interrogeant, elle a réalisé que je n’avais aucune idée de ce qu’était une sorcière, mais que j’avais dû entendre ce mot quelque part. Et que je l’avais testé sur elle. En réalisant que ça n’avait pas l’air de lui faire plaisir, j’avais donc tenté d’adoucir la chose. Ma gentille maman en rit encore, quand elle raconte cette anecdote à ses petits-enfants.

Quel est votre meilleur souvenir de lecture ?
J’ai des centaines de merveilleux souvenirs de lecture. Mais mettons que mes séries fétiches, quand j’étais à l’école primaire, étaient : Le club des cinq, Le clan des sept, Les joyeux Jolivet, Mallory School, Les sœurs Parker.

Quels sont les personnages de fiction que vous préférez ?
Je viens du pays de la bande dessinée. Alors Gaston Lagaffe, Boule et Bill, Astérix et Obélix et bien sûr Tintin. Et aussi Mma Ramotswe, détective, qui elle, n’est pas l’héroïne d’une BD mais d’une série de romans sur le Botswana.

Quelles sont vos sources d'inspiration ?
La vie en général, mes filles et mon quotidien en particulier. Tout m’inspire… ou presque.

Quand et pourquoi avez-vous décidé de vous consacrer à la littérature jeunesse ?
Je n’ai rien décidé. Tout est venu naturellement, depuis le temps où mes parents me lisaient des albums illustrés. Par la suite, dès que j’ai appris à lire et à écrire, j’ai toujours adoré me plonger dans des livres et écrire des textes. J’aimais aussi raconter des histoires, celle des autres mais aussi celles que j’inventais pour les enfants que je gardais, lorsque j’étais adolescente, puis pour mes propres filles, quand elles étaient petites. J’écrivais Le Journal d’Alice depuis bien longtemps. Mes filles, mes nièces en profitaient à fond. Très vite est venu l’envie de partager cette histoire avec d’autres en la publiant.

Révélez-nous un détail intéressant qu'aucun journaliste ne connaît !
Je possédais une bibliothèque complète d’albums pour enfants avant d’avoir moi-même des enfants.

Que souhaitez-vous dire à vos lecteurs ?
J’ai tellement de plaisir à écrire mes albums et Le journal d’Alice! Et à partager cette histoire avec vous, chers lectrices et lecteurs. Vous êtes très nombreux à me faire savoir que vous adorez ma série, que vous dévorez mes livres, que vous les relisez, qu’ils vous font éclater de rire et battre le cœur, et tout ça me donne des ailes. C’est extraordinaire de réaliser que mon plaisir d’écrire se transforme en plaisir de lire, exactement comme j’avais rêvé que ça se passe. J’aime tant les livres, depuis ma plus tendre enfance! Alors j’ai vraiment à cœur de vous transmettre cette passion ou de la nourrir en vous procurant des bonheurs de lecture. Quand on est plongé dans un bon bouquin, on passe de si merveilleux moments… Et en même temps, ça nous aide dans nos études et nous prépare bien pour le secondaire.

Quand, où et comment travaillez-vous ?
Je suis vissée toute la journée (et parfois le soir, et la fin de semaine…) à ma chaise de bureau, devant l’ordinateur… Bon, je blague, mais des fois, j’ai l’impression que je vais prendre racine. Enfin, c’est pour la bonne cause. En fin de journée, quand j’éteins mon ordi, les idées, elles, ne s’éteignent pas. Pendant que je prépare le souper, et durant la soirée, je remplis souvent une ou deux feuilles de brouillon d’idées et d’amorces de dialogues… Il m’arrive même, alors que je suis sur le point de m’endormir, de me relever pour noter une ou deux bonnes idées. Ou, après avoir eu cinq ou six idées en nageant à la piscine, de me précipiter vers mon casier, de me couvrir de ma serviette de bain, de sortir carnet et crayon (j’en apporte toujours avec moi) et de noter pêle-mêle mes idées, assise sur le banc, avec mes cheveux qui dégoulinent.

Une petite question hors sujet pour terminer : quel est votre plat préféré ?
J’en ai des tas, mais s’il faut n’en choisir qu’un, mettons le spaghetti bolognèse.


Bibliographie

Livres publiés chez Dominique et Compagnie

 
COLLECTION GRAND ROMAN DOMINIQUE ET COMPAGNIE
    Série Le journal d’Alice
        Tome 1
        Lola Falbala
        Confidences sous l'érable
        Le Big Bang
        La saison du Citrobulles
        Bienvenue en 6e B !
        Ne m'appelez plus jamais Biquette !
        Et si on faisait la paix?
        Flocons de neige et battements de coeur
        Un chien dans la classe
        Ma vie en bleu turquoise !
        Le rêve d'Africa
        Le journal d'Alice tome 1 - 1re partie
        Le journal d'Alice tome 1 - 2e partie
        Extrait - Le journal d'Alice (tome 10)
        Coffret Le journal d’Alice 1-2-3
 
J’APPRENDS LA VIE
    Collection Une histoire sur...
        Pas de noix pour Sara (2e édition)
        Juliette a un petit frère
        Pas de noix pour Sara (C.P.E.)
        Pas de noix pour Sara
        Le premier hiver de Max
 
PARENT GUIDE
    Série Guider son enfant
        Guider son enfant de 0 à 2 ans
        Guider son enfant de 2 à 6 ans
        Guider son enfant de 6 à 9 ans
        Guider son enfant de 9 à 12 ans
 


Retour haut de page